samedi 13 février 2016

NEUNEU


J'suis qu'un ours un sauvage
un éloigné du centre
retranché à la marge
isolé dans son antre
loin des banalités
des clichés penthotal
et autres simagrées
des poncifs à deux balles.

J'aime plus les gens non plus
sauf ceux que j'aime très fort
mais les p'tits trous du cul
les spécieux et consort
trémoussant les bimbos
la casquette à l'envers
pour selfie à gogo
et gloriole à pas cher,

Ça fatigue ça désole
ça fait presque un peu peur
la vie qui déboussole
sur les coussins péteurs.
Ça m'rend un peu neuneu
moi qu'étais amical
j'm'en vais chez sauve-qui-peut
jouer dans mon bocal.

Et que dire des affaires
politicards mes deux
j'ai oublié le "r"
entre le mes et deux,
ça leur taille un costard
sans rosette au revers
une tenue de taulard
et la soupe à l'eau claire.

Et puis tous les enfants
dans le même radeau
et nous devant l'écran
à tirer les rideaux,
les ceintures d'explosif
les kalashs de malheur
les deuils et les manifs
et des pleurs et des fleurs.

Qu'est-ce qui grimpe au plus haut
dans l'échelle des valeurs
du son jusqu'à l'écho
où se perd le curseur,
où se noie le réel
du fond de mon bocal,
le funeste pêle-mêle
de l'Homo vertical.



samedi 6 février 2016

J’SUIS BEAU, J’SUIS MOCHE


Y a des wagons dans le métro
où tous les gens y sont tous beaux,
mais y a des fois, des fois ça cloche
où tous les gens y sont tous moches.

Alors j’suis beau, ou bien j’suis moche
ça dépend d’la rame de métro,
des fois t’es beau, des fois t’es cloche
t’es comme les gens, t’es moche, t’es beau.

Pourquoi les gens y font la gueule
c’est just’ à cause qu’ils s’en veulent
d’être arrivés au terminus
sans avoir trouvé une astuce;

sont pas descendus à Etoile,
pas changé à Palais Royal,
pas trouvé la correspondance
pour un Pont Neuf de l’existence.

On est serrés, tassés, pas fiers
comme des sardines à Poissonnière
c’est pas facile d’être un héros
qu’on soit Gavroche, qu’on soit Hugo.

On s’regarde quand mêm’ dans l’carreau
par dessus l’épaule du voisin
pour voir si on est moche ou beau
entre Montparnasse et Vavin.

Je me souviens la 1ère fois
le jour où tu m’as dit je t’aime
j’étais pas trop moche ce jour-là
c’était au métro Bir-Hakeim.

Depuis j’ai toujours été beau
de St Germain à Clignancourt
et dans les couloirs du métro
les gens sont tous beaux comme l’amour.

Depuis j’ai toujours été beau
à Michel Ange comme à Goncourt
et dans les couloirs du métro
tous les gens sont beaux comme l'amour.

vendredi 17 juillet 2015

LES MOTS



Les grands mots
majuscules
demi-mots
sans scrupules
les mots flous 
pas très sûrs
les tabous
qu’on murmure

Les mots creux                                                                   
pour remplir  
au milieu                                                                             
des sourires                                                                         
dans l’emphase                                                                   
imbécile                                                                               
c’est des phrases                                                                 
inutiles

Les mots lourds
les secrets
les d’amour
les de vrai
les qui s’usent
et s’envolent
les d’excuse
à l’école 
             
Les mots crus                                                               
qu’est-ce qu’on croit                                                 
c’est du cul                                                                     
pas d’la soie                                                                   
du tout cuit                                                                   
immédiat                                                                       
pas béni                                                                         
pas loufiat.   

Les mots muets
pour mimer
des guill’mets
refermés
les mots clés
les sésames
les fumées
les tam-tam
                                                                         
Les mots cris                                                  
de douleur                                                        
trop de bruit                                                      
dans le cœur                                                     
qu’on supporte                           
en silence                                   
faut qu’ça sorte
plus qu’on pense

Les mots dits
intellos
mais maudits
soient les mots
ceux qui tuent
les non-dits
les mots tus
interdits

Les mots qu’on 
devrait dire
mais trop longs
à sortir
les mots doux
d’où qu’ils soient
viennent tou
jours parfois

Mais les mots
mots mêlés
dans des flots
bégayés
mots croisés
aux carr’fours
écoutez
c’est d’l’amour

RIEN N'EST JAMAIS SUR (poème de plage)


C'est pas de bon augure 
mon cousin
tout' ces déconfitures
ces larcins
pas grand chose qui rassure
pas d'vaccin
mais y aura la facture 
à la fin

Car rien n'est jamais sûr
c'est certain
y a qu'à voir les bavures
d'argousin
les discours de posture
baratin
toujours le même refrain
miniature

Car rien n'est bien certain
ça c'est sûr
du jour au lendemain
no futur
aux larmes citoyens
les obscurs
bons pour la revoyure
aux Quinze-Vingts

Si tous les gars copains
signatures
voulaient s'donner la main
d'envergure
se coiffer au phrygien
en galures   
bouter l'élyséen
imposture

Car rien n'est jamais sûr 
mon lapin
pas d'la littérature
de bouquin
quand tout va dans le mur
ça revient 
en plein dans la figure
des coquins

C'est pas de bon augure
mon gamin
de chanter sang impur
aux voisins
par le trou d'la serrure
on voit rien
caillou dans la chaussure
et gadin   

Ca va finir vilain
la nature
la mer sans les marins
mergitur
nécro pôle sans pingouin
sépulture
et tagada tsoin tsoin
à lurelure

Gagner à toute allure
des séquins
sale temps pour l'aventure
baladin
on a perdu mesure
et latin
aux égos boursouflures
tout l'tintouin

Car rien n'est moins certain
ça c'est sûr
ça s'en va ça revient
au galop
tiens la rime est pas sûre
mon coco
c'est la température
sans chapeau 

Mais y a un p'tit chemin
et des mûres
des noisettes en parfum
mon amur
ce s'ra chouette ce s'ra bien
j'te le jure
sans toi rien n'est certain
ça c'est sûr

bon j'vais m'baigner

lundi 6 juillet 2015

Passé

Ça s'est passé un jour
je sais plus vraiment quand
un jour parmi les jours
resté là en suspens.        
C'était peut-être avant                    
ou après va savoir,
hier c'est y a longtemps                  
dans les trous de mémoire
quand des années-lumière    
ont coulé sous les ponts
coulé sous les paupières

des tant mortes saisons.

Hier c'est y a longtemps
et après va savoir  
si c'était pas avant
ou ailleurs dans l'histoire.                                            
Était-ce déjà moi
au chevet d'un mirage
assoiffé des endroits
soulignés dans les pages,                
ou bien n'était-ce rien
qu'une peine perdue                        
et si je m'en souviens

je ne m'en souviens plus.

On me dit les contours        
et les géographies

du jour parmi les jours
à quelques pas d'oubli,                    
les accords clandestins
cachés dans les pianos
quand les petits matins
dansaient incognito.
Mais j'ai tout oublié
des ombres et du secret;
un jour ça s'est passé
un jour, à tout jamais.

lundi 1 juin 2015

Après Leprest

Et voilà un couplet 
qui commence comme il peut
quand tout a été fait
quand tout a été dit
et de l'eau et du feu                      
des choses de la vie

La pluie et le beau temps,   
les matins défraîchis
dans le regard des gens
pour des bonheurs fanés      
au tout nu de la vie,                    
qu'en dire et rajouter

Qu'est-ce qu'il me reste
après Leprest

Quand bien même haut les cœurs       
chanter le merveilleux             
les p'tits zoiseaux, les fleurs,
une étoile inventée
ou les bêtes à bon Dieu
un, deux, trois...envolées
                      
Qu'écrire de plus enfin
que n'a dit le Poète
si joliment si bien.
Passé le portillon
jusqu'à l'escarpolette              
m'en vais-je écrivaillon
                                                             
Ce qu'il me reste
après Leprest,

le temps qui passe et puis
le souffle suspendu                       
des matins défraîchis,
la caresse orpheline  
sur les mots superflus 
et l'heure qui tambourine


lundi 23 mars 2015

YOUNG CHRONICLE


Un jour je ramèn'rai un chien. Il aura les yeux tellement ronds, la truffe si ardente, le poil tellement fouillis et la queue tell'ment qui battra l'air.
Je l'appell'rai Paul Young. Ça deviendra Paulo.
Il donnera pas la papatte mais les deux. Sales sur ma cuisse. Il n'aura pas de susucre et il ira fouiner les coins à poussière en éternuant.
J'aimais bien Paul Young, son élégance. Every time you go away.
Hier j'ai été voter. C'est la fin d'une civilisation et c'étaient les départementales. Vas t'y retrouver. J'ai voté pour une liste alternative citoyenne ; je sais pas vraiment ce que ça veut dire mais j'y avais un copain. Et puis j'aime bien le mot citoyen, ça fait bonnet phrygien. Sous les deux photos des candidats y avait un nom espagnol et un arabe. Ben quoi?
En rentrant j'ai pas rencontré de Paulo.
France Inter était en grêve. 
Ils ont passé Neil Young, Harvest moon. Ha... Neil Young, ça m'a fait un bien! 
Si Paulo était une femelle je l'appell'rais Neil. Ça deviendrait Nelly. C'est joli Nelly.

Le soir j'ai pas écouté les résultats des élections et ses sournoiseries. J'ai regardé Classe tous risques. Claude Sautet, 1960, magnifiques. En noir et blanc j'ai vu passer une Juva 4 Porte Saint-Denis ou pas loin.
Paulo aurait bien aimé.





vendredi 31 octobre 2014

J'ai été voir la mer

Avril était frileux

et faisait des manières

sous le ciel cotonneux

des amours printanières   

 

J'ai été voir la mer 

chatoyer ses diamants                     

en bleu en gris en vert

ressassés ondulant  


       J'ai vu la Terre ronde                                  

       les croix des caravelles

       compas et mappemondes                                  

       pavillons et nacelles                    


       Mais aucun Dieu ni maître                   

       ne marchait sur les eaux

       Poséidon le traître

       avait tourné le dos


Avril était ficelle                                                                    

comme à son premier jour                                                 

quand Mai faisait la belle

en attendant son tour                                


J'ai été voir la mer

me dire l'océan                

les amants de Cythère

les îles sous le vent  


      Mais j'ai vu l'horizon

      des vagues successives

      l'humain à l'abandon

      et barcasses en dérives


      J'ai vu tourner en rond 

      la liberté la paix

      coulant en tourbillons 

      aux marches des palais

                                                                                                                                                                                  

J'ai été voir la mer

ses diamants c'est du faux

des reflets de misère

tombés au fond de l'eau

      

       Nul ange quartier-maître

       ohé aveugle et sourd                                              

       ohé un jour peut-être

       les chaloupes à l'amour

                                             

J'ai été voir la mer,

j'ai vu.




mercredi 27 août 2014

Puceau d'la mort


L'humour d'la mise en boîte
ça demande un effort
pas y aller les mains moites
comme un puceau d'la mort

J'vais pas donner mon corps
à la première venue
pas maint'nant, pas encore
j'attends un truc qui tue            

Faut qu'ça en vaille la peine
une faucheuse de première
qui pleure comme une mad'leine
des sanglots de rosière,

de bonheur de plaisir
d'orgasme réjouissant
dans un dernier soupir
des premiers sacrements 

Montant jusqu'au septième 
au royaume des cieux                          
le tout dernier ultième   
celui des bienheureux,    
                                  
j'y mettrai la manière
en passant les nuages
pour franchir la frontière 
de mon dépucelage

Je ferai de mon mieux
j'irai confiteor                                 
débauché dans l'adieu                        
et la petite mort

Enflammé de caresses
dans les bras d'Athanor              
au Diable la tristesse                 
pour un puceau d'la mort!

LES GRANDS BATEAUX


Sur mon vieux rafiot de tangage
j'étais vaillant resté benoît   
me rêvant sur les bastingages
des grands bateaux partant sans moi

J'ai agité tous les mouchoirs
les bleus au cœur des porte-voix
les blancs ce n'est qu'un au revoir
des beaux navires partis sans moi

La nuit effaçait les sillages
et les sirènes et les pavois
où se noyaient les beaux voyages
des grands bateaux filant sans moi

Sur mon rafiot de bricolage
mouillé à quai coquille de noix
j'ai chaviré j'ai fait naufrage
passant les caps et les détroits



mercredi 21 mai 2014

Il suffirait


Il suffirait qu'on se rencontre
et qu'un vent doux nous effleurant
vienne caresser sur nos montres
l'heure hasardeuse du moment

Il suffirait que cet instant
éclaire nos ombres de fièvre
léger, silencieusement
en posant ses doigts sur nos lèvres

Tes cheveux seraient d'étincelles
et je viendrais abandonné
au feu naissant de tes baisers

Sous le vent doux au gré du ciel
à l'heure caressée de nos montres
il suffirait qu'on se rencontre

jeudi 27 mars 2014

Les sous-bois

Elle va mystérieuse, la paix sourde et chenue
dans les matins nichés qui vont étourdissant.
Elle va vers les sous-bois jusqu'aux orées perdues
les fleurs du bien-aimé enlacées de rubans.

S'en reviennent de loin courir dans les fourrés
des ruisseaux comme court l'air du temps des amants,
comme va le secret, flamboyant exilé
aux matins dénichés qui vont éclaboussant.


vendredi 17 janvier 2014

L'écluse


J'voudrais qu'ce soit l'été encore
quand on jouait l' long du canal
à passer au plus près du bord
et rouler dans l'crottin des ch'vals 

J'voudrais qu'ce soit encore l'été

cet été-là de funambule 
loin des grammaires et en danger
d'amour sur nos joues canicules

On regardait l'eau qui s'amuse

accoudés à la passerelle
c'était la mer et sur l'écluse
venait le vent des caravelles

J'voudrais qu'ce soit l'automne encore

celui qui cueille un soir venu
les instants arrêtés alors
aux muets abandons confondus

J'voudrais que vienne encore l'automne    

et ses lumières étouffées 
sur le désir qui débâillonne
les mots d'amour pleins et déliés

Quand tout gelait à pierres fendre

j'voulais qu'ce soit déjà juillet
janvier n'était que pour attendre 
en attendant janvier passait

mercredi 18 décembre 2013

Quand j'étais immortel


Les belles banquettes bordeaux des bars
années 60
arrière-salles des rencarts
encore une pièce gling dans la fente
pour un gospel
et j'étais immortel

Les filles folètes fallait pas bête
leur dire je t'aime
sur le bord des banquettes
une autre pièce un café-crème
pour la d'moiselle
quand j'étais immortel

J'ai joué le jeu dans les jeudi
à faire le Jules
sur les beaux similis
capitonnés de préambules
et ritournelles
mais j'étais immortel

Fallait faire gaffe sur les gaufrettes
à la vanille
on lisait des sornettes
pas toutes mais ça plaisait aux filles
même les plus belles
quand j'étais immortel


La vie poids plume m'a plu j'avoue
et me voilà
tant revenu de tout
des rendez-vous chez tralala
et jouvencelles
quand j'étais immortel

lundi 16 septembre 2013

L'impasse


video


Ça braquait bien la vieille Volvo
au demi-tour de son impasse
planquée derrière les Maréchaux
les soirs où j'étais pas trop classe.

Pendu au bout de mes ficelles
entre Lilas et La Villette
j'allais pantin, polichinelle
au rendez-vous des qu'on achète.

Ça braquait bien le break turbo
quand elle abordait dans mes phares
et qu'arrivaient les seins fluo
aux coulisses de mon Alcazar. 

J'étais son chou son habitué
elle était ma pute magnifique
pas une catin ensalopée
aux bourgeoisies d'arrière-boutique.

Marvin Gaye et banquette arrière
dans la 940 essence
tamisée sous le lampadaire
qui pointait à l'intermittence,

on se préservait de l'amour
qui s'exhalait quand même un peu
à moins que j'aie rêvé trop lourd
dans la démission de ses yeux.

On allait même boire un pot
et elle me racontait sa vie
c'est là que c'était le plus beau
quand elle avait fini sa nuit.

J'ai planté la Volvo un soir
qu'elle a plus freiné dans l'impasse
le lampadaire est dans le noir
et les seins fluo qui s'effacent.

Je la cherche encore aujourd'hui
de La Chapelle aux Batignolles
l'Alcazar est fermé, fini,
et moi j'ai changé de bagnole.




mercredi 4 septembre 2013

Ma poule

(Poulopoème et roti qu'au sado)
















Il va t'en cuire                                  
ô ma cocotte                             
pour ainsi épanouir
le feu doux à four hot      
et m'éconduire                   

J'aurai ta peau
ta chair de poule
tous tes frissons à chaud
d'effroi de mes maboules
cocoricos

Te plumerai
jusqu'au croupion
joli qui n'en peut mais
de cette épilation
aux cris d'orfraie  
                            
Moi le poulet                                                    
à la sauvage                                                              
ton haut de cuisse plumet
d'ampoulés caquetages 
embrocherai 
                                                                 
Et taiseux
à la coq
gallus silencieux
je t'émouillette ad hoc
ni une nid d'oeufs   
                            

Y a des jours



Y a des soirs, j'me raconte des histoires mélo…

Comme quoi j'voudrais être un clodo
un type couché sur un carton
au coin d'un couloir de métro
au bout d'un tunnel d'abandon.

J'écrirais sur un bout d'papier
"s'il vous plaît, merci, c'est pour manger"
et puis j'irais boire des canons
au Café d'la Gare, j'touch'rais le fond.


Y a des nuits, j'me raconte des histoires mytho…

Comme quoi j'deviendrais un héros,
un type connu célèbre et tout
à la télé à la radio
je répondrais aux interviews.

A la une de tous les journaux
on ne verrait que ma photo
et toi tu me verrais partout
et tu repenserais à nous.


Y a des jours, j'me raconte des histoires d'amour…

Comme quoi tu m'aimerais toujours
et que tu souffres autant que moi,
que tu reviens et que tu cours,
tu cours te jeter dans mes bras.

Tu pleures, tu ris, tu dis qu'tu m'aimes,
tu m'aimes, tu m'aimes, tu n'aimes que moi.
Alors j'attends, j't'attends quand même,
et le temps passe, et t'es pas là.

Alors j'voudrais être un clodo
au coin d'un couloir de métro.
Je jouerais de l'accordéon
les pieds au chaud sur mon carton.

J'écrirais sur un bout d'papier
"A vot' bon cœur, c'est pour aimer"
et puis j'irais mourir de froid
puisque jamais tu reviendras.

mercredi 28 août 2013

Les fagots


J'ai voulu revenir jusqu'au bout du chemin
dans la petite cabane aux tuiles rosé tendre,
enflammer les fagots et réchauffer mes mains
laisser mourir les braises, partir avant les cendres.

Dans la vieille cabane encore flanquée de tuiles
laissant filtrer la nuit étoilée sur tes seins
j'aurais voulu sentir jusqu'au bout du matin
le parfum du maquis maquillé à tes cils.

Avant que tout ne meure, que le feu ne s'éteigne
j'ai repris à l'envers le chemin d'arbousiers,
de quelques coups de pied voltigé les châtaignes
sans plus me retourner jusqu'au bout du sentier.        


Corse, été 2013.                                            

vendredi 19 juillet 2013

La vie des gens

video

                                          La vie des gens c'est trop mariole
                                          c'est toujours les autres et pas nous
                                          devant la glace qu'est-ce qu'on rigole
                                          derrière les miroirs on s'en fout,

                                          Ca s'entremêle, ça s'entrecroise

                                          et entre temps ça s'entretient
                                          ça se mesure pas sous la toise
                                          ça pèse pas lourd, c'est des p'tits riens,

                                                 Mais voilà par les temps qui courent

                                                 la vie des gens ça vient ça va
                                                 bien sûr on peut parler d'amour
                                                 faudrait même commencer par là.

                                           C'est souvent entre chien et loup

                                           des romans fleuve avec peu d'eau
                                           des p'tites histoires de rien du tout
                                           des gouttes de pluie dans l'caniveau,

                                           Petits bonheurs dans la misère

                                           ou gros chagrins dans l'opulence
                                           demain ça ira mieux qu'hier
                                           quand c'était la faute à pas d'chance,

                                                              Refrain

                                            La vie on s'promène dans la rue
                                            parmi les landaus, les poussettes
                                            et aux bébés doudous dodus
                                            on fait guili guili risette,

                                            Mais la vie c'est tell'ment d'histoires

                                            sous des lumières endormies
                                            des p'tits vieux tirent leur caddy
                                            traînant leur vie et leur mémoire,

                                                               Refrain

                                             Et au petit matin parfois
                                             dans la chaleur ou la mouscaille
                                             derrière les rideaux s'entrevoit
                                             la vie des gens qui s'entrebâille,

                                             La vie des gens c'est toi et moi

                                             souffler sur des bulles de savon
                                             et en sortant du cinéma
                                             se cogner aux murs en béton,

                                                    Mais voila par les temps qui courent

                                                    la vie des gens ça va ça vient
                                                    un regard et deux mots d’amour
                                                    et la vie des gens ça va bien,

                                                    Mais voilà par les temps qui courent

                                                    les gens d'la vie qui nous entoure
                                                    devraient marcher plus lentement
                                                    pour regarder la vie des gens.