mercredi 18 décembre 2013

Quand j'étais immortel


Les belles banquettes bordeaux des bars
années 60
arrière-salles des rencarts
encore une pièce gling dans la fente
pour un gospel
et j'étais immortel

Les filles folètes fallait pas bête
leur dire je t'aime
sur le bord des banquettes
une autre pièce un café-crème
pour la d'moiselle
quand j'étais immortel

J'ai joué le jeu dans les jeudi
à faire le Jules
sur les beaux similis
capitonnés de préambules
et ritournelles
mais j'étais immortel

Fallait faire gaffe sur les gaufrettes
à la vanille
on lisait des sornettes
pas toutes mais ça plaisait aux filles
même les plus belles
quand j'étais immortel


La vie poids plume m'a plu j'avoue
et me voilà
tant revenu de tout
des rendez-vous chez tralala
et jouvencelles
quand j'étais immortel

lundi 16 septembre 2013

L'impasse


video


Ça braquait bien la vieille Volvo
au demi-tour de son impasse
planquée derrière les Maréchaux
les soirs où j'étais pas trop classe.

Pendu au bout de mes ficelles
entre Lilas et La Villette
j'allais pantin, polichinelle
au rendez-vous des qu'on achète.

Ça braquait bien le break turbo
quand elle abordait dans mes phares
et qu'arrivaient les seins fluo
aux coulisses de mon Alcazar. 

J'étais son chou son habitué
elle était ma pute magnifique
pas une catin ensalopée
aux bourgeoisies d'arrière-boutique.

Marvin Gaye et banquette arrière
dans la 940 essence
tamisée sous le lampadaire
qui pointait à l'intermittence,

on se préservait de l'amour
qui s'exhalait quand même un peu
à moins que j'aie rêvé trop lourd
dans la démission de ses yeux.

On allait même boire un pot
et elle me racontait sa vie
c'est là que c'était le plus beau
quand elle avait fini sa nuit.

J'ai planté la Volvo un soir
qu'elle a plus freiné dans l'impasse
le lampadaire est dans le noir
et les seins fluo qui s'effacent.

Je la cherche encore aujourd'hui
de La Chapelle aux Batignolles
l'Alcazar est fermé, fini,
et moi j'ai changé de bagnole.




mercredi 4 septembre 2013

Ma poule

(Poulopoème et roti qu'au sado)
















Il va t'en cuire                                  
ô ma cocotte                             
pour ainsi épanouir
le feu doux à four hot      
et m'éconduire                   

J'aurai ta peau
ta chair de poule
tous tes frissons à chaud
d'effroi de mes maboules
cocoricos

Te plumerai
jusqu'au croupion
joli qui n'en peut mais
de cette épilation
aux cris d'orfraie  
                            
Moi le poulet                                                    
à la sauvage                                                              
ton haut de cuisse plumet
d'ampoulés caquetages 
embrocherai 
                                                                 
Et taiseux
à la coq
gallus silencieux
je t'émouillette ad hoc
ni une nid d'oeufs   
                            

Y a des jours



Y a des soirs, j'me raconte des histoires mélo…

Comme quoi j'voudrais être un clodo
un type couché sur un carton
au coin d'un couloir de métro
au bout d'un tunnel d'abandon.

J'écrirais sur un bout d'papier
"s'il vous plaît, merci, c'est pour manger"
et puis j'irais boire des canons
au Café d'la Gare, j'touch'rais le fond.


Y a des nuits, j'me raconte des histoires mytho…

Comme quoi j'deviendrais un héros,
un type connu célèbre et tout
à la télé à la radio
je répondrais aux interviews.

A la une de tous les journaux
on ne verrait que ma photo
et toi tu me verrais partout
et tu repenserais à nous.


Y a des jours, j'me raconte des histoires d'amour…

Comme quoi tu m'aimerais toujours
et que tu souffres autant que moi,
que tu reviens et que tu cours,
tu cours te jeter dans mes bras.

Tu pleures, tu ris, tu dis qu'tu m'aimes,
tu m'aimes, tu m'aimes, tu n'aimes que moi.
Alors j'attends, j't'attends quand même,
et le temps passe, et t'es pas là.

Alors j'voudrais être un clodo
au coin d'un couloir de métro.
Je jouerais de l'accordéon
les pieds au chaud sur mon carton.

J'écrirais sur un bout d'papier
"A vot' bon cœur, c'est pour aimer"
et puis j'irais mourir de froid
puisque jamais tu reviendras.

mercredi 28 août 2013

Les fagots


J'ai voulu revenir jusqu'au bout du chemin
dans la petite cabane aux tuiles rosé tendre,
enflammer les fagots et réchauffer mes mains
laisser mourir les braises, partir avant les cendres.

Dans la vieille cabane encore flanquée de tuiles
laissant filtrer la nuit étoilée sur tes seins
j'aurais voulu sentir jusqu'au bout du matin
le parfum du maquis maquillé à tes cils.

Avant que tout ne meure, que le feu ne s'éteigne
j'ai repris à l'envers le chemin d'arbousiers,
de quelques coups de pied voltigé les châtaignes
sans plus me retourner jusqu'au bout du sentier.        


Corse, été 2013.                                            

vendredi 19 juillet 2013

La vie des gens

video

                                          La vie des gens c'est trop mariole
                                          c'est toujours les autres et pas nous
                                          devant la glace qu'est-ce qu'on rigole
                                          derrière les miroirs on s'en fout,

                                          Ca s'entremêle, ça s'entrecroise

                                          et entre temps ça s'entretient
                                          ça se mesure pas sous la toise
                                          ça pèse pas lourd, c'est des p'tits riens,

                                                 Mais voilà par les temps qui courent

                                                 la vie des gens ça vient ça va
                                                 bien sûr on peut parler d'amour
                                                 faudrait même commencer par là.

                                           C'est souvent entre chien et loup

                                           des romans fleuve avec peu d'eau
                                           des p'tites histoires de rien du tout
                                           des gouttes de pluie dans l'caniveau,

                                           Petits bonheurs dans la misère

                                           ou gros chagrins dans l'opulence
                                           demain ça ira mieux qu'hier
                                           quand c'était la faute à pas d'chance,

                                                              Refrain

                                            La vie on s'promène dans la rue
                                            parmi les landaus, les poussettes
                                            et aux bébés doudous dodus
                                            on fait guili guili risette,

                                            Mais la vie c'est tell'ment d'histoires

                                            sous des lumières endormies
                                            des p'tits vieux tirent leur caddy
                                            traînant leur vie et leur mémoire,

                                                               Refrain

                                             Et au petit matin parfois
                                             dans la chaleur ou la mouscaille
                                             derrière les rideaux s'entrevoit
                                             la vie des gens qui s'entrebâille,

                                             La vie des gens c'est toi et moi

                                             souffler sur des bulles de savon
                                             et en sortant du cinéma
                                             se cogner aux murs en béton,

                                                    Mais voila par les temps qui courent

                                                    la vie des gens ça va ça vient
                                                    un regard et deux mots d’amour
                                                    et la vie des gens ça va bien,

                                                    Mais voilà par les temps qui courent

                                                    les gens d'la vie qui nous entoure
                                                    devraient marcher plus lentement
                                                    pour regarder la vie des gens.





jeudi 11 juillet 2013

La rue du vent


Des arbres nus
La rue du vent
S'enfeuille

Peine perdue
Va qui s'en cueille
Autant

Au vent la rue
Laisse le banc
D'écueil

Ô dépourvue
Sèche le deuil
Amant

Il a tant plu
Larmes du temps
Au seuil

De tes bras nus
La rue du vent
S'effeuille

mercredi 10 juillet 2013

Sous la marquise
























Il fait longtemps sous la marquise
à m’enlacer dans mes genoux
à demi nuit et presqu’assise  
entre deux marches et un verrou

Il fait si frais sous la marquise
à regarder mes pieds serrés
guetter le bruit de ta valise
qui n’en finit pas de rouler

     Où en es-tu de moi mon homme 
     es-tu si près ou encore moins
     de quel pays souris-tu comme
     si tu me souriais de loin

Sous la marquise il fait si bon
imaginer que tu arrives
tourner la clé de ta maison
et la jeter sur l’autre rive

Mais s’en vont les petit’ fourmis
courir au devant de l’aurore
Sur ton jardin qui s’adoucit
voici l’éveil et je m’endors

Je reviendrai sous la marquise
pour m’abriter du mauvais temps
rêver ma main sous ta chemise
ouverte encore à tous les vents

J’y reviendrai quoi qu’on en dise
voir sous les ailes des oiseaux
comment le vent court et s’épuise
par où revient le vent nouveau

     Où en es-tu de moi mon homme
     es-tu si près ou encore moins
     de quel pays souris-tu comme
     si tu me souriais de loin








jeudi 20 juin 2013

Sentier battu


Sur le sentier battu au vent des incendies,
dans les grimaces vides des troncs crucifiés
perchoirs abandonnés au silence noirci
tournoie l'ange déchu d'une aile louvoyée.

Le ciel est au chemin l'horizon inconnu

de mes pauvres sandales. Hasardeux pèlerin
les mottes insidieuses m'obligent à un peu plus
pour que mon pied s'élève à te trouver enfin.

Les sentiers rebattus de cendres éphémères

où j'ai suivi les traces de mes rondes perdues
s'échouent au flanc des barques et se noient aux galères.

C'est vers le sud alors, aux terres attendues

que je vais mes sandales inspirées et légères.
A mes pas déroutés te voilà toute nue.


mardi 28 mai 2013

EPOQUE EN TOC

Epoque en toc
morose en plaques
plus rien qui choque
sclérose en vrac

Epoque cul d'sac
de bric et d'broc
tous insomniaques
dans la défroque

Chacun s'en moque
dans son clic-clac
quand ça suffoque
sur les tarmacs

C'est two o'clock
sur les tic-tac
à vos breloques
café cognac      
         
Mais à deux blocks
de vos tric-trac
ça pue ça poque
dans les cloaques
                                                                                                             
Allo allocs
c'est ric et rac
ça truque, ça troc
et ça mic-mac

Chacun son pok'
son kif, son crack,
ses tics, ses T.O.C
chacun son mac

Congrès, colloques,
hold-up, fric-frac,
tout l'monde en croque
Pierre Paul et Jack

Ça soliloque
comme des macaques

s'accroche à bloc
comme des morbaques

Finie l'époque
dans les bivouacs
sixties, Woodstock
et Fleetwood Mac

Pas comme ces phoques
qui tout à trac
déjouent du rock
en kit, en pack

C'est que du toc
gominé laque
rien dans le froc
tout dans l'play-back

Ethique en loques
et rifs à claques
connerie en stock
dans tous les bacs

C'est zéro toque
niveau big mac
retire le foc
t'es dans les flaques

Tout qui s'détraque
tous qui débloquent
ça sent l'arnaque,
la fin, l'paddock

Les mecs au claque
les filles en cloque
y'a comme un couac
dans les bicoques

Ho la la Doc
j'me sens patraque
j'suis équivoque
j'vois tout en black

Je m'entrechoque
sous mes matraques
ça me disloque
m'enfume opaque

J'arrête de smoke
j'suis OK d'ac'
my head is knock
down, dans l'sac

J'parle amerloque
baby come back
t'es mon médoc
t'es mon cornac

Baby come back
j'parle amerloque
t'es my prozac
my chic my choc








jeudi 23 mai 2013

ECRIRE


    Ce qu'on cache sous les draps
    cicatrices sparadraps
    au chaud secret
    au grand jamais
           
                                                                             
    Eclipser les soleils
    et déguiser la Lune
    dans les sommeils
    de l'infortune


    Enfouir les remember
    sous les mots du bonheur
    écrits et cris
    que l'amour fit
          
                                                                            
    Planquer sous les tapis 
    la vérité sans fard 
    chutes et bris
    du tintamarre 


    Coller dessous la chaise
    les chewing-gum à la fraise
    à remâcher
    acidulés


    Maquiller les regards                                            
    entendus de l'amour                                         
    colin-maillard                                                            
    aveugle et sourd   


    Taire son ombrageux
    retenir le silence                      
    cacher son jeu           
    mettre à distance  


    Mémoires essoufflées
    aux cous des paragraphes                           
    décolletés
    à d'autres soifs


    Ecrire encore écrire 
    la nudité des choses
    pour ainsi dire     
    ce que l'on n'ose   
                                                          

    Et partir en voyage
    un matin de longtemps
    crier l'orage
    hurler au vent


FLEURS DE L'AUBRAC


Sur le bord du chemin j’achetai ce carnet
un peu vieillot, modeste à quatre-vingts centimes,
car tant pris de remords si ce n’est de regrets
je voulus consigner ces quelques pauvres rimes.

Je vis des paysages, des sites merveilleux
et si belles contrées de vallons en sous-bois;
pourtant que valaient-ils avec mes deux seuls yeux
qu’une vue diminuée sans ton regard sur moi.

Tous ces charmants endroits ne valent pas les nôtres
me dis-je en marchant à travers la campagne,
ensemble nous irons, nous en connaîtrons d’autres
et notre gourde aura comme un goût de champagne.

Alors je rencontrai sur ces chemins de terre
roses, jaunes ou violettes parmi tant d’autres pousses
mille fleurs de l’Aubrac qui toutes demandèrent
d’être sitôt choisies et cueillies pour ma douce.



Chemin de St-Jacques de Compostelle
Le Puy en Velay/Conques

Le 23 mai 2008.

mardi 16 avril 2013

BROUILLONS




                                                                                                Des ratures des pâtés
                                                                                                des encres d'écorchures 
                                                                                                lignes en chiffonnées 
                                                                                                griffées de l'écriture           
                                                                                                
                                                                                                
  
                                                       Evasions arrêtées
                                                       à l'orée des mirages
                                                       pierres philosophées
                                                       aux murs en bas des pages

1521033 par christine koscielniak
Autoportrait à la chaise
Christine Koscielniak



               Dénouer les rubans 
               emmêlés de romance 
               quand s'achève le temps
               des roses ou qu'il commence




Déposer des couronnes            
aux mots nécessiteux 
alignés en colonnes        
en marge des fiévreux



                   Dessiner tant d'envols
                   aux crayons de couleur
                   des châteaux espagnols
                   et des cœurs et des cœurs



                                            
                                            sur l'écorce des arbres
                                            enfléchés au scalpel
                                            cœurs gravés dans le marbre
                                            aux dernières nouvelles



                                                                              Brouillons des amours bleues
                                                                              esquisses incertaines
                                                                              c'est Avril comme il pleut
                                                                              à la claire fontaine






mardi 19 mars 2013

LES MARCHES


Sur la rampe, à dix ans on glisse d’innocence
se riant des matins et des heures imbéciles  
qui ne servent à rien pourvu qu’on recommence
du haut de l’escalier nos envolées futiles.   

Puis vers vingt ans la vie s’apprend et s’envisage ;
une première marche met fin aux jeux d’enfants
et, plus ou moins gamins selon les maquillages
on néglige la rampe, timide ou conquérant.

Certains montent tranquilles quand d’autres quatre à quatre
tournicotent essoufflés dans des colimaçons;          
tous pourtant se retrouvent dans le même théâtre
à jouer les valets, les tartuffes, les bouffons.

Lorsque les p’tits malins auront pris l’ascenseur
qui amène au sommet de l’échelle sociale,
l’escalier de service restera un bonheur
pour qui sera poète ou enfant de la balle.    

Trente ans quel heureux âge! L’apogée, le zénith
où l’on monte serein les marches du palais;
danserons-nous au bal des grandes réussites
avec une élégante, souriant au succès ?

Ensuite on nous mettra très vite en quarantaine
de ces jeunes années qui s’éloignent un peu plus 
et la nouvelle marche fera un peu de peine
pour un premier bilan du temps qu’on a perdu.

Mais on continuera en s’aidant de la rampe,
en regardant plus haut pour voir jusqu’où ça va;    
parfois nous sentirons ça et là quelques crampes     
et au palier suivant on se reposera.                         

En regardant plus haut on voit aussi des choses
sur les coups de midi quand le démon revient,
des jupons, des dentelles, dans les blancs ou les roses 
et les marches s’oublient aussitôt pour un rien.

Si je me penche un peu j’aperçois tout en bas
des enfants, cris joyeux qui viennent m’étourdir.
Dans mes sens appauvris se brouillent les émois
alors je m’assois là,  en haut des souvenirs.
.
Confusément heureux je voudrais redescendre
à cheval sur la rampe et courir au dehors,
tirer sur les sonnettes, sentir voir et entendre
la vie comme à dix ans. Recommencer encore.

jeudi 10 janvier 2013

Les lits défaits


Il me souvient rêves ductiles
au pied des lits défaits
sur les matins menus fragiles
que le jour enfuyait                           

Les mots doutaient dans les silences
et finissaient feutrés
suspendus à ces élégances
des retenues mêlées

Était-ce l'amour qui se cambre
les vagues endiguées 
comme des larmes à l'antichambre
d'une ivresse inondée                                            

La rue s'annonçait de promesses
la vie de boulevards
de papillons faisant florès
par dessus les fanfares

Il me souvient rêves fragiles
au pied des lits refaits
sur les petits matins ductiles
que le jour ennuyait






mercredi 9 janvier 2013

Les beaux lendemains


On respire le périph à sept heures du matin
et les superlatifs pour les beaux lendemains
c'est pas du jeu, d'la triche
on en baille on s'en fiche
on fait semblant de rien

On fait piquer le chien qu'a perdu la parole
et puis on s'en revient régler ses paraboles
qu'est-ce qu'on va faire d'la niche
on en pleure on s'en fiche
le clebs a pas eu d'bol

On attend un clin d'œil, une chance de cocu
un trèfle à quatre feuilles, un coup d'pot par dessus

Et les beaux lendemains
auront des bleus jasmin
des filés à l'anglaise
aux airs de javanaise
les deux mains dans les poches
à l'entrée du cinoche
où ce s'ra nous les stars
sunlights et tout l'bazar

C'est pas d'la vie la vie au loto d'la kermesse
pour un filet garni allez roulez jeunesse
on s'en tape on s'en fout
d'lécher les roudoudous
sur le stand à Nénesse

On respire le périph en sortant du boulot
c'est du gaz sur le kif qu'est made in Marocco
file de gauche au radar
deux trois feuilles aux pétards
et tiercés apéros

A moins qu'en un clin d'œil, une veine de cocu
un trèfle à quatre feuilles, un coup d'pot par dessus

viennent les beaux lendemains
sans chichi pas bégueules 
on retrouv'ra un chien
pour pas marcher tout seul
et aller s'balader
les deux mains dans les poches
en passant d'vant l'ciné
comme quand on était mioche