vendredi 19 juillet 2013

La vie des gens

video

                                          La vie des gens c'est trop mariole
                                          c'est toujours les autres et pas nous
                                          devant la glace qu'est-ce qu'on rigole
                                          derrière les miroirs on s'en fout,

                                          Ca s'entremêle, ça s'entrecroise

                                          et entre temps ça s'entretient
                                          ça se mesure pas sous la toise
                                          ça pèse pas lourd, c'est des p'tits riens,

                                                 Mais voilà par les temps qui courent

                                                 la vie des gens ça vient ça va
                                                 bien sûr on peut parler d'amour
                                                 faudrait même commencer par là.

                                           C'est souvent entre chien et loup

                                           des romans fleuve avec peu d'eau
                                           des p'tites histoires de rien du tout
                                           des gouttes de pluie dans l'caniveau,

                                           Petits bonheurs dans la misère

                                           ou gros chagrins dans l'opulence
                                           demain ça ira mieux qu'hier
                                           quand c'était la faute à pas d'chance,

                                                              Refrain

                                            La vie on s'promène dans la rue
                                            parmi les landaus, les poussettes
                                            et aux bébés doudous dodus
                                            on fait guili guili risette,

                                            Mais la vie c'est tell'ment d'histoires

                                            sous des lumières endormies
                                            des p'tits vieux tirent leur caddy
                                            traînant leur vie et leur mémoire,

                                                               Refrain

                                             Et au petit matin parfois
                                             dans la chaleur ou la mouscaille
                                             derrière les rideaux s'entrevoit
                                             la vie des gens qui s'entrebâille,

                                             La vie des gens c'est toi et moi

                                             souffler sur des bulles de savon
                                             et en sortant du cinéma
                                             se cogner aux murs en béton,

                                                    Mais voila par les temps qui courent

                                                    la vie des gens ça va ça vient
                                                    un regard et deux mots d’amour
                                                    et la vie des gens ça va bien,

                                                    Mais voilà par les temps qui courent

                                                    les gens d'la vie qui nous entoure
                                                    devraient marcher plus lentement
                                                    pour regarder la vie des gens.





jeudi 11 juillet 2013

La rue du vent


Des arbres nus
La rue du vent
S'enfeuille

Peine perdue
Va qui s'en cueille
Autant

Au vent la rue
Laisse le banc
D'écueil

Ô dépourvue
Sèche le deuil
Amant

Il a tant plu
Larmes du temps
Au seuil

De tes bras nus
La rue du vent
S'effeuille

mercredi 10 juillet 2013

Sous la marquise
























Il fait longtemps sous la marquise
à m’enlacer dans mes genoux
à demi nuit et presqu’assise  
entre deux marches et un verrou

Il fait si frais sous la marquise
à regarder mes pieds serrés
guetter le bruit de ta valise
qui n’en finit pas de rouler

     Où en es-tu de moi mon homme 
     es-tu si près ou encore moins
     de quel pays souris-tu comme
     si tu me souriais de loin

Sous la marquise il fait si bon
imaginer que tu arrives
tourner la clé de ta maison
et la jeter sur l’autre rive

Mais s’en vont les petit’ fourmis
courir au devant de l’aurore
Sur ton jardin qui s’adoucit
voici l’éveil et je m’endors

Je reviendrai sous la marquise
pour m’abriter du mauvais temps
rêver ma main sous ta chemise
ouverte encore à tous les vents

J’y reviendrai quoi qu’on en dise
voir sous les ailes des oiseaux
comment le vent court et s’épuise
par où revient le vent nouveau

     Où en es-tu de moi mon homme
     es-tu si près ou encore moins
     de quel pays souris-tu comme
     si tu me souriais de loin